SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin/ Icc-Services: Me Charles Badou défend le verdict de la CRIET

Falilatou Titi
publié le 10 février 2019

L’avocat béninois, Me Charles Badou pense que la peine infligée au promoteur de la structure Investment Computering Company Services (Icc-Services) n’est pas négligeable. Il l’a fait savoir sur l’émission «90 minutes pour convaincre» de la radio nationale ce dimanche 10 février 2019.

l'avocat Charles Badou parle du verdict de la criet dans le dossier icc-services Me Charles Badou se prononce sur le verdict de la CRIET dans l'affaire Icc-Services

 

«10 ans ce n’est pas peu», a déclaré l’avocat Charles Badou sur la condamnation des responsables de la structure Investment Computering Company Services (Icc-Services). Pour le juriste, la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) a condamné les promoteurs selon les dispositions du code pénal en vigueur au Bénin. L’avocat apprend que le juge ne saurait dire une peine si elle n’est pas prévue par la loi. Si pour les populations, 10 ans d’emprisonnement ferme est une petite peine, le praticien du droit ne partage pas cet avis. Certes, reconnaît-il, il y a eu des morts et beaucoup d’autres préjudices causés aux victimes, mais l’avocat souligne que 10 années, sont loin d’être une peine légère. «On ne va pas les tuer pour ça. On ne va pas les bannir pour ça. Ce n’est pas parce que des gens sont décédés dans cette affaire qu’on doit tuer les responsables (pour réparer le tort causé, Ndlr) », a martelé Me Charles Badou.

Mieux, le juriste précise que les promoteurs de Icc-Services ne sont pas poursuivis pour meurtre. Pour l’escroquerie aggravée, explique-t-il, la loi prévoit jusqu’à 10 ans ou des peines allant à 20 ans dans certains cas. Même s’il dit ne pas connaître tous le contenu du dossier, il fait remarquer qu’à la Criet, «ils ont l’habitude d’appliquer la peine maximale».

Le procès ICC-Services a démarré le lundi 17 décembre 2018 à la Criet et a connu son épilogue dans la nuit du 6 au 7 février 2019. Les 5 promoteurs de la structure illégale de placement et de collecte d’épargne ont été condamnés à des peines de 8 à 10 ans d’emprisonnement ferme et des amendes allant jusqu’à 12 millions de francs Cfa. Depuis que ce verdict est tombé, d’aucuns pensent qu’il n’est pas à la hauteur des infractions. Les responsables de sont en détention depuis 2010.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci