SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Faux médicaments: les Présidents africains répondent à l’appel de Talon

Léonce Gamai
publié le 13 février 2019

Un grand pas franchi dans les initiatives de lutte contre les faux médicaments en Afrique. La conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine, a adopté, lors du 32ème sommet tenu à Addis-Abeba du 10 au 11 février 2019, le traité visant la création de l’Agence Africaine du Médicament.

Benin lutte contre faux medicaments creation de l'agence africaine des medicamentsPatrice Talon mène dans son pays une lutte farouche contre les faux médicaments

Organe de soutien aux Etats africains, l’Agence Africaine du Médicament (AMA) va assurer la coordination et le renforcement des initiatives continentales pour harmoniser la réglementation des produits médicaux, fournir des conseils et un soutien technique pour améliorer l’accès à des produits médicaux et des technologies de santé sûrs et efficaces sur le continent. L'adoption du traité de création de cette Agence par la conférence des chefs d’Etat intervient moins d’un an après l’adoption dudit traité par les ministres en charge de la santé de l’Union africaine. Dans les couloirs l’UA, ont rapporté des sources officielles, on justifie l’attention des dirigeants africains pour ce dossier par le leadership affiché par le chef d’Etat béninois Patrice Talon en matière de lutte contre les faux médicaments.

Depuis son avènement au pouvoir en avril 2006, le gouvernement béninois a lancé une lutte farouche contre le trafic de faux médicaments dans le cadre des opérations PANGEA. Dans ce cadre, en 2018, plusieurs grossistes de produits pharmaceutiques et un député avaient d’ailleurs été condamnés à des peines de prison par la justice béninoise.  Participant à la «Conférence Internationale sur l’accès aux médicaments et autres produits médicaux de qualité en Afrique francophone » à Genève, en Suisse, le 22 mai 2018, le président Talon a d’ailleurs lancé un appel à une action concertée contre ce trafic.

«Pourquoi est-il permis qu'au plan international, certaines productions soient dédiées exclusivement à l'exportation vers les pays pauvres et interdites de vente dans les pays développés y compris, parfois, les pays dans lesquels ces produits sont fabriqués ? » a interrogé le Président Patrice Talon à cette rencontre internationale dans la capitale suisse. Il avait plaidé pour «des échanges francs débouchant sur des recommandations concrètes et susceptibles d'efficacité afin qu'il ne s'agisse pas simplement d'une conférence de plus.»

Malgré la lutte féroce engagée par son gouvernement, à la conférence de Genève, Patrice Talon etait plutôt humble et réaliste. «Je n'ai ni la prétention ni l'illusion de croire que le Bénin, dans une démarche solitaire, gagnera cette guerre car la lutte contre les faux médicaments est une lutte qui déborde largement nos cadres nationaux et qui doit s'inscrire dans une coopération internationale proactive en matière d'information, de renseignement, d'expertise, de formation, d'investissement et de sincérité», admettait-il. Ses pairs de l’Union africaine répondent à son appel en adoptant le traité de création de l’Agence africaine du médicament.

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci