SECURITE HUMAINE 10 Commentaires

Bénin : en colère, Kèmi Séba prévient Sacca Lafia et le gouvernement

Olivier Ribouis
publié le Mar 31, 2019

Sorti du feuilleton de son expulsion d’Abidjan et de son audition à Cotonou, Kèmi Séba, le leader de l’ONG Urgences panafricanistes (URPANAF) a exprimé sa colère contre le ministre béninois de l’Intérieur qu’il accuse de l’avoir menacé lors de son entretien avec lui le mercredi 27 mars.

kemi-seba-benin Kèmi Séba en conférence de presse à Cotonou

Expulsé d’Abidjan pour Cotonou dans la nuit du mardi 26 au mercredi 27 mars, Kèmi Séba n’a pas apprécié le traitement à lui infligé par les autorités de son pays.  A sa conférence de presse du jeudi 28 mars à l’hôtel du Lac, il n’a pas caché sa désolation. Selon son récit des faits, c’est à l’aéroport de Cotonou qu’il a entamé un autre chemin de croix dans son pays après ses démêlés avec les autorités ivoiriennes qui ont écourté son séjour dans à Abidjan.

A Cotonou, Kèmi Séba retenu par la police apprend qu’il a été « placé sous détention à la demande du ministre Sacca Lafia » et a passé la nuit dans des conditions déplorables à la Direction des renseignements et du territoire (DRT). « J’ai répondu à toutes les questions après avoir dormi dans une cellule que je ne souhaite à personne ».

Finalement reçu par le ministre de l’Intérieur, Kèmi Séba raconte qu’il a reçu des menaces. « Lorsque l’entretien est terminé, on m’a dit "on vous garde c’est la décision du Ministre Sacca Lafia". Ce n’est qu’à 17 heures que j’ai été reçu par le ministre de l’Intérieur dans son bureau en présence de deux policiers de la DRT  qui eux, étaient des plus courtois.  Le ministre Sacca Lafia m’a dit quelque chose qui va s’inscrire dans le temps et qu’il devra assumer. "Que vous soyez populaire en Afrique francophone n’est pas mon problème. Mais dès lors que vous effectuez des mobilisations qui dérangent nos partenaires économiques… si vous continuez dans cette voie monsieur, nous allons restreindre le périmètre de vos libertés individuelles" », rapporte avec exaspération, le leader du mouvement panafricaniste qui combat le néocolonialisme en Afrique.

Pour lui, en plein  « XXIè S. ! », c’est inconcevable. Dès lors fait-il savoir, prenant les journalistes à témoin : « Que la presse note ce que j’ai dit et que j’assume devant les médias,  Ce que j’ai répondu à M. Sacca Lafia,  que je réponds au Président de la République est, la personne qui va restreindre les libertés individuelles de Kémi Séba ou des militants de notre Ong ou de tous les militants panafricanistes qui se battent pour la souveraineté de nos pays n’est pas encore né ! ». Furieux, Kèmi Séba, dit qu’il est allergique aux menaces : « Il y a une chose à laquelle, je suis plus que jamais allergique, vos menaces. On ne me menace pas ! », a-t-il lancé. L’homme connu pour son parcours d’intrépide combattant rappelle quelques épreuves auxquelles il a survécu. « Quand nous avons été persécutés par les autorités françaises, est-ce que nous avons bégayé ? Jamais !  J’ai été persécuté par Nicolas Sarkozy, ça m’a rendu plus fort. J’ai été persécuté sous François Hollande, ça m’a rendu plus fort… Détrompez-vous, nous n’avions pas peur de ceux qui vous engagent, qui vous cooptent, nous n’avons pas peur de vous », a-t-il rappelé et prévenu. 

Kèmi Séba ne compte pas se laisser faire. « Je ne me suis jamais prononcé alors que j’en avais à de multiples reprises la possibilité, sur le gouvernement béninois. Je ne me suis jamais prononcé sur un certain nombre d’exactions qui ont été commises. Comme on le dit, lorsqu’on s’attaque à plusieurs leviers ou à plusieurs chevaux, il faut savoir être capable de maintenir, sécuriser le sol sur lequel vous êtes notamment avec votre famille ».

En ce qui concerne le cas de Sacca Lafia, le président de URPANAF, averti qu’il envisage une suite juridique. « Il y a un travailleur des droits de l’homme  et avec mon avocat, Me Kora Ichiba, nous sommes en train de réfléchir à la suite juridique à donner parce que personne ne me menace au 21ème siècle », informe Kèmi Séba. 


  • Boulm
    il y a 1 an

    L Afrique libre ou la mort

  • Christian brice
    il y a 1 an

    Bravo kemi. J'aime ton combat que je trouve juste et noble. Je pense que tous les africains devraient se joindre à toi pour la libération de notre très cher continent. Vive l'Afrique

  • Kpodonou J
    il y a 1 an

    Kemi Seba si tu veux si tu veux évoluer avec ton ONG abandonne la politique d'abord et fais ami aux politicien sinon ...

  • kouchoro
    il y a 1 an

    Kèmi n'est-il pas béninois ? alors laissez le vivre la liberté.

  • Armand
    il y a 1 an

    Ce que moi j'aimerais dire à Kemi, c'est que moi je n'ai jamais approuvé cette lutte anti CFA. Tout le monde prend le CFA pour le malheur de l'Afrique. Alors que le vrai problème de l'Afrique n'est pas là. Que fait réellement l'Afrique pour s'en sortir. Il y a également beaucoup de problèmes qu'on a aujourd'hui que nous ne remarquons pas mais qui vont nous rattraper une fois que nous aurons changer de monnaie. Bref il y a beaucoup de choses qu'on zappe en criant le CFA n'est pas bon. Il est vrai que nous devons avoir une autre monnaie mais ce n'est pas le moment.

  • De Virgo
    il y a 1 an

    Mon frère, le réel problème de l'Afrique Francophone est le franc CFA et point final. Rémi a plus que raison et pour infos il ne fait pas de la politique et ne doit pas s'allier aux politiciens (tous des corrompus et des faux cul) . Comment comprendre qu'en 2019 soit plus de 50 ans après notre indépendance, le pays soit toujours contraint d'avoir ses réserves de fonds en France, gérés par l'administration Française selon ses bons vouloir. Comme si nous un peu comme un "vidomingon". Aujourd'hui Talon confit la gestion sécuritaire de l'aéroport à une société française quand bien même que nous disposons de sociétés compétentes sur place. Ouvrez les yeux et surtout soutenez ou fouttez la paix à KEMI SEBA.

  • Omato Wenceslas
    il y a 1 an

    Kemi du courage mon frère. Saca lafia c'est un malhonnête qui supporte le criminel d'allasane ouatara. Moi je le dit haut et fort j'ai même fait une vidéo pour dénoncer le régime de ouatara suite à Son entretien sur France 24 ou il a soutien le franc cfa. Saca lafia et ouatara son des malhonnêtes. Je ne suis pas d'accord vous gardez Kemi seba pour quoi vos mères cons . Moi je ne cache pas mon identité je suis Wenceslas Omato fils resortisant de la commune de toucountouna . Envoyé qui vous voulez pour me prendre c'est la vous allez comprendre que je suis plus degamer que vous. Nous allons vous dire la vérité même si vous êtes qui. Les talons Saca et ouatara malhonnête et criminel c'est moi j'ai dit ça et y'a rien voilà.

  • TOM SANK
    il y a 1 an

    Voici un SANKARA bis, que DIEU te donne longue vie. Un jour viendra tes idées vont triompher.. la patrie ou la mort nous vaincrons. Tu as ta place au Burkina Faso( c'est ici que notre père est né).

  • Loukomi Médard
    il y a 1 an

    Comme je l'ai toujours dire,il est unique en son genre,Kèmi Séba est unique il dépasse Martin Luther..

  • Jésus est seigneur
    il y a 1 an

    Kèmi !! Que Dieu te garde. Sacca Lafia est un malhonnête de première catégorie. Hier il était avec Yayi Boni, aujourd'hui il est avec un criminel. Tu es un Sankara bis., Au lieu de lui jeter la pierre,nous devrons tous soutenir notre frère qui lutte pour la bonne cause. Les gens ne comprennent pas ton combat. C'est dommage