SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin : réaction de Moïse Kérékou sur le projet Talon d’immortalisation du Général-président

Yao Hervé Kingbêwé
publié le 3 avril 2019

Sujet à polémique, le projet de transformation de l’ex-domicile du feu président Général Mathieu Kérékou en jardin public en vue de son immortalisation n’a pas laissé indifférent Moïse Kérékou, fils de l’ex-chef d’Etat béninois, et ex-ambassadeur du Bénin en Turquie.

moise-kerekou Moise Kérékou, fils de l'ex-président Général Mathieu Kérékou

Enfin la position d’un membre de la famille du défunt président Général Mathieu Kérékou sur le projet gouvernemental de son immortalisation. Muet depuis l’annonce du projet du gouvernement béninois de transformer l’ex-domicile du défunt Général Kérékou en un jardin public urbain avec un monument aux morts et la polémique qui s’en est suivie, Moïse Kérékou, un des fils de l’ancien dirigeant béninois s’est exprimé.

Invité mardi 2 avril de la rubrique « Sous l’arbre à palabre » du quotidien L’Evènement précis, l’ancien ambassadeur du Bénin près la Turquie pense que la famille devrait avoir son mot à dire dans le projet. « La famille Kérékou qui occupe et entretient les lieux pourrait normalement être associée et donnerait son avis avant la réalisation d’un tel projet du Gouvernement », juge Moïse Kérékou.

L’ancien ambassadeur Kérékou pense que pour l’immortalisation du Général Mathieu Kérékou, « il faut se donner la main ».

De la paternité du domaine

Moïse Kérékou n’est pas resté muet sur la polémique au sujet de l’appartenance ou non du domaine à son défunt père. Mais il n’a pas non plus souhaité alimenter davantage la polémique. « Le temps nous édifiera », s’est contenté de dire à nos confrères.

L’ancien chef de la diplomatie béninoise en Turquie s’est également prononcé sur la supposée querelle entre les Kérékou au sujet du partage de l’héritage laissé par le défunt Général-président.  « Je défie quiconque pourra prouver que les Kérékou ne sont pas unis. La preuve est qu’aucun quotidien et même pas une rumeur n’a jamais fait cas d’une fissure ou d’une cassure dans la famille depuis le décès du patriarche. Vous n’entendrez nulle part que les enfants se disputent pour telle ou telle chose, encore moins pour les biens matériels », a déclaré Moise Kérékou avant de conclure : « aujourd’hui, nous sommes même plus unis, qu’hier ».

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci