SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin/Accès des femmes à la terre: animateurs et encadreurs des producteurs renforcés

Gildas Salomon
publié le 13 avril 2019

La formation des animateurs et encadreurs des producteurs à la base démarrée le 10 avril a pris fin le 12 avril 2019 à Bohicon. C'est une initiative de la fondation Konrad Adenauer Stiftung visant à créer un creuset d'échange et de partage d'expérience entre les acteurs de l'animation du monde rurale.

acces des femmes a la terre kas Vue plongée des participants

 

A Bohicon, un atelier de formation tourne en scène de théâtre ce vendredi 11 avril 2019. Rien de grave! C'est un exercice de simulation d'une séance de sensibilisation sous le regard attentif du consultant formateur Gérard Guèdègbé. Nous sommes à la dernière journée de l'atelier de formation des animateurs et encadreurs des producteurs à la base sur la problématique de l’économie locale: accès et contrôle des femmes aux facteurs de production. Pendant cette journée, il s'est agi de déclencher le processus de communication participative, de soutenir et d’animer une discussion, d'élargir les séances de discussion de groupe et de revoir les étapes de la préparation d'une séance d'animation communautaire sur l’accès à la terre en milieu rural par les femmes.

acces des femmes à la terre au benin Exercice de simulation d'une séance de sensibilisation 

Au moment de faire le point des trois jours de formation, Mounirou Tchancodoh, coordonnateur de Konrad Adenauer Stiftung (KAS) au Bénin a exprimé ses satisfactions. Pour lui, les conclusions qui se dégagent de l’atelier montrent que les participants ont atteint, les objectifs fixés. Les indicateurs de ce résultat s'illustre, selon le coordonnateur, par «la richesse des échanges assortis de recommandations pertinentes et ambitieuses qui dénotent de l'intérêt porté à la problématique de l'économie locale et de l'accès de la femme aux facteurs de production». «L’un des mérites de cet atelier est précisément d’avoir échangé et non pas d’avoir cherché mutuellement à nous donner des leçons», a-t-il ajouté.

Des participants comblés

Content d’avoir exécuté une des activités phares dans le cadre du projet «un seul monde sans faim», la KAS vient de faire un pas pour l'accès des femmes à la terre. L’atelier de formation a suscité chez plusieurs participants, un engagement spontané. Yeyinou, qui ne savait pas grande chose de la problématique en sort au bout de trois jours aguerrie. «Ça me facilitera la sensibilisation sur le terrain. Mes connaissances n’étaient pas si approfondie sur la question foncière», témoigne-t-elle.

Walter, agent officiant à la Direction départementale de l'agriculture, a promis quant à lui «intégrer tout ce qui a été fait pendant ces trois jours». Il a aussi saisit l'occasion pour faire une doléance au sujet de la sécurisation des terres. Il fait sans «sans la sécurisation de cette ressource, il sera difficile à la femme d'être à l'abri des risques». Mounirou Tchacondoh a pris bonne note des doléances, recommandations et reste persuadé «que les travaux de Bohicon aboutiront dans les prochaines années à faire bouger les lignes en faveur de la connaissance du rôle économique de la femme dans le développement local.»


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci