SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin : concertation pour des solutions durables dans le Bassin de l’Ouémé

Falilatou Titi
publié le 10 septembre 2019

Après l’état des lieux du Delta de l’Ouémé, les acteurs étatiques du secteur eau se retrouvent pour proposer des solutions durables pour sa sauvegarde. Experts et techniciens étaient en atelier ce mardi 10 septembre 2019 à Cotonou.

tribune-officielle-omi-delta Tribune officielle lors du lancement de l'atelier de concertation

Selon les experts en ressources en eau, le bassin de l’Ouémé est la vallée la plus riche au monde après le Nil. Il regorge de beaucoup de ressources favorables aussi bien à la pêche, à l’agriculture qu’au maraîchage et l’élevage. Pour que les populations installées le long du bassin vivent de ses ressources dans l’espace et le temps, il est nécessaire de penser à la planification de sa gestion. Mieux, avec la croissance démographique, toutes les populations qui s’y retrouvent doivent pouvoir vivre des mêmes ressources. Conscients des défis majeurs qui se posent au Delta de l’Ouémé, les acteurs du secteur eau et leurs partenaires ont pensé à un plan pour sa sauvegarde : c’est le Plan Delta. C’est alors que le gouvernement béninois et le Royaume des Pays-Bas ont initié le Programme OmiDelta. Ce programme basé sur la Gestion intégrée des ressources en eau (GIRE), vise à mettre en œuvre des actions concrètes de gestion, de valorisation et de protection des ressources en eau et des écosystèmes, notamment dans le bassin de l’Ouémé.

Après avoir présenté et harmonisé l’état des lieux avec les acteurs de la société civile et les populations du bassin de l’Ouémé (le 25 juillet 2019), la prochaine étape revient à les examiner et y ressortir les enjeux et défis. C’est pourquoi les acteurs étatiques ont été conviés à un atelier de concertation sur l’état des lieux ce mardi 10 septembre 2019. Selon le Directeur général de l’Eau, cet atelier vise à : informer sur l’état actuel et les tendances négatives en cours relatives à la gestion des ressources en eau du Delta de l’Ouémé ; mieux connaître les objectifs et actions des acteurs étatiques concernés par son développement et sa gestion. Il s’agit également poursuit-il, de renforcer les liens entre les acteurs étatiques concernés autour des problématiques du Delta de l’Ouémé et confirmer avec eux les principaux enjeux et perspectives.

Pour une gestion équitable des ressources

participants-atelier-omi-delta-1 Participants à l'atelier sur l'état des lieux du Bassin de l'Ouémé, le 25 juillet 2019 à Cotonou

Au vu de l’importance de la question qui réunit les acteurs, Philipe Armand Adjomayi, le DG Eau a souhaité que ce cadre soit un espace de mobilisation et d’expression citoyenne autour de la GIRE en général et des enjeux et défis du Delta de l’Ouémé de façon spécifique. « Cette mobilisation constitue une occasion privilégiée pour le renforcement du dialogue entre toutes les parties prenantes du secteur de l’eau, qu’il importe de capitaliser sur le long terme pour une meilleure gouvernance du secteur », a-t-il souligné. Selon le DG Eau, cette composante GIRE participe à la mise en œuvre du projet prioritaire n°42 du Programme d’action du gouvernement (PAG).  

L’autre objectif du programme OmiDelta est de réduire les menaces des eaux continentales et océaniques affectant le Delta de l’Ouémé et la zone côtière et, ce faisant, contribuer à l’amélioration des conditions de vie des populations et à l’essor économique de la zone métropolitaine et de sa périphérie. Pour Michel Smet, 1er Secrétaire de l'Ambassade du Royaume des Pays-Bas au Bénin, la pression sur les ressources en eau augmente, notamment avec les changements climatiques et la croissance démographique et les mutations qui vont avec. Face à cette réalité, dit-il, il est important de penser à « un partage équitable des ressources », afin que les populations puissent en jouir de manière durable. Selon lui, avec une volonté de partage affichée par les populations, les besoins exprimés et les craintes de celles-ci pour l’avenir, il revient aux institutions de se demander ce qu’elles peuvent faire et ce qu’elles ne peuvent pas faire. « On va continuer à sensibiliser les concitoyens sur l’importance de ce sujet », a-t-il exhorté.

Des proposition d’actions réalistes et réalisables

vu-des-participants Vu des participants

Aussi bien les experts que les acteurs étatiques sont persuadés que l’eau est un sujet de préoccupation majeure. « Traiter des problématiques liées à l’eau exige donc de l’intelligence mais aussi de la solidarité afin de sensibiliser et de mobiliser toutes les couches socio-professionnelles à porter la cause de l’eau », a laissé entendre Prof Youssouf Abou, secrétaire général adjoint du Ministère de l’Eau et des Mines. Porter la cause de l’eau, explique-t-il, c’est promouvoir le dialogue multi-acteurs et le partage des responsabilités et actions à entreprendre. Pour Prof Youssouf Abou, face à la problématique de la disponibilité de l’eau, de sa gestion et de son utilisation pour le développement socio-économique durable des pays à ressources limitées, le problème de la gestion rationnelle et durable se pose avec acuité. « C’est donc pour trouver les solutions idoines à cette situation devenue très préoccupante que notre pays a fait l’option d’une gestion intégrée des ressources en eau depuis février 1998 », a expliqué le secrétaire général adjoint du Ministère de l’Eau et des Mines.

Le bassin de l’Ouémé, fait-il savoir, présente une importance particulière pour le Bénin, tant par la superficie qu’il occupe que par ses diverses possibilités d’aménagement. C’est d’ailleurs pourquoi Philippe Adjomayi, le DG Eau a souhaité que les participants à cet atelier fassent des propositions d’actions réalistes et réalisables face aux enjeux du Delta de l’Ouémé afin de permettre au gouvernement d’atteindre ses objectifs dans le secteur de l’eau. « Nous sommes tous engagés dans la logique du développement durable et nous croyons que dans un dialogue permanent entre nos différents peuples et gouvernements, les solutions durables seront trouvées pour le développement des ressources en eau », a rassuré le SGA du Ministère de l’Eau et des Mines, représentant le Ministre empêché.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci