SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin : 02 questions difficiles de Batoko sur un acte de la Cour Djogbénou

Olivier Ribouis
publié le 12 septembre 2019

A Cotonou s’est ouvert mercredi 11 septembre 2019, un colloque scientifique international de la Cour constitutionnelle du Bénin destiné à recueillir des éléments de réflexion de juristes africains de haut niveau. A l’ouverture de cette rencontre internationale, Ousmane Batoko, le président de la Cour suprême s’est interrogé sur les motifs de cette initiative.

ousmane-batoko Ousmane Batoko, Président de la Cour suprême

« La cour constitutionnelle, entre rupture et continuité ». Sous ce thème, s’est ouvert à Cotonou, mercredi 11 septembre 2019, un colloque scientifique international organisé par la Cour constitutionnelle du Bénin. Destinée à recueillir les réflexions de juristes de haut niveau sur les pratiques constitutionnelles, cette rencontre mobilise pendant trois jours des juges constitutionnels africains, des universitaires européens et africains.  Invité en sa double qualité de Président de la Cour suprême du Bénin et de Président de l’Association africaine des hautes juridictions francophones, Ousmane Batoko s’est interrogé sur les motivations de cette initiative.  

« En effleurant les termes d’audace, de prétention et de courage au début de mon propos, je me suis interrogé sur les motifs avouables et non avouables qui pourraient sous-tendre l’organisation du présent colloque à, à peine 15 mois du début de la nouvelle mandature de la cour », a d’abord indiqué Batoko Avant de livrer ses questions à l’assistance.  « Ce serait-ce pour se donner bonne conscience des actes posés ou des décisions prises dont on souhaiterait obtenir la validation ou l’onction des pairs ?  Ou, ce serait-ce pour se conforter dans la légitimation publique ou tout au moins collective d’une nouvelle approche du dynamisme décisionnel de la juridiction constitutionnelle ? », a demandé l’homme à la tête de la Cour suprême.

 Pour lui, « quelle que soit la nature de la réponse », il y a de quoi formuler des « félicitations à la cour constitutionnelle du Bénin, particulièrement à son président pour avoir eu le courage de cette initiative et surtout l’audace » de convier ce grand monde de scientifiques.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci