SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin/Médias : une thérapie de choc se prépare avec le nouveau ministre de la communication

Falilatou Titi
publié le 12 septembre 2019

Le nouveau ministre de la communication et de la poste veut donner un coup de balai au paysage médiatique béninois. Il l’a annoncé mercredi 11 septembre 2019, au cours d’un échange avec les journalistes, à l’issue du 1er conseil des ministres du 4e gouvernement du président Patrice Talon.

alain-orounla-ministre-de-la-communication-et-de-la-poste Me Alain Orounla, Ministre de la Communication et de la poste

L’univers médiatique béninois a besoin d’un coup de balai. Alain Orounla, le nouveau ministre de la communication et de la poste est convaincu de cela. Aussitôt installé dans sa nouvelle fonction, il veut assainir le paysage médiatique du pays. Comme plusieurs observateurs du monde des médias, le ministre reste persuadé qu’au Bénin on a gagné la bataille de la quantité mais pas celle de la qualité.

Et puisque la qualité demeure le défi de tous les temps, Alain Orounla pense qu’il est temps de poser des actions fortes. La première de ses priorités à la tête de ce ministère, fait-il, c’est de sortir le paysage audiovisuel de sa léthargie. « Je voudrais avec votre concours donner un nouveau souffle au paysage audiovisuel de notre pays, qui doit être beaucoup plus équilibré, et qui doit nous proposer des émissions de qualité supérieure », a-t-il laissé entendre, rapporté par Bénin Intelligent.

Pour le ministre de la communication, nombreux sont des hommes de médias qui manquent de professionnalisme dans l’exercice de leur métier. « Nous avons beaucoup de titres qui malheureusement ne correspondent pas à grand-chose », déplore le ministre. Alain Orounla pense qu’il également temps de privilégier le professionnalisme. Mais avant, souligne-t-il, une amélioration des conditions de vie et de travail des hommes des médias s’impose.

« Je crois qu’il y a des critères et il ne faudrait pas que votre corporation soit toujours envahie par des gens qui n’ont pas forcément les aptitudes de la formation », a indiqué Alain Orounla. « On pense qu’il suffit d’avoir la plume. Non, je crois qu’il y a des mesures qui vont être mises en œuvre pour que nous ayons affaire à de vrais professionnels, formés, suivis, encadrés. (…) », a averti le ministre de la communication.

Juriste de formation et avocat de son état, Alain Orounla a été candidat sur la liste du Bloc républicain (un des partis soutiens du président Talon), lors des législatives controversées du 28 avril 2019. Lors du dernier remaniement ministériel intervenu le 5 septembre 2019, il a été nommé à la tête du ministère de la communication et de la poste et porte-parole du gouvernement.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci