SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin: les assistants sociaux célèbrent leur profession sur fond d’engagement contre les grossesses précoces

Banouto
publié le 9 novembre 2019

L’Association nationale des assistants sociaux (ANAS-Bénin) a célébré pour la 8ème fois sa corporation à travers la journée nationale des assistants sociaux (JNAS). Ce samedi 9 novembre 2019, elle en a profité pour lancer une plaquette sur la gestion des grossesses en milieu scolaire et d'apprentissage.

officiels-jnas-2019 De gauche à droite: Jérôme Dandjinou, Rpt Fondation Espace Afrique; Elise Fatima Kossouoh Kossoko Rpte Ministre des Affaires sociales et Valérie Idossou, présidente de l'ANAS-Bénin ( lors de la célébration de la JNAS 2019

Les Assistants Sociaux (AS) du Bénin, venus de tous les départements du Bénin, aussi bien ceux du secteur public que du privéé, se sont réunis à Godomey dans la commune d’Abomey-Calavi pour célébrer la Journée nationale de l’Assistant Social (JNAS). Cette journée, instaurée pour permettre à la corporation de se pencher sur les enjeux qui sont les siens, a réuni plus de deux cent participants et a été ouverte par l'allocution de la présidente Mme Valérie Idossou, suivie de Mr Jérôme Dandjinou représentant la marraine de l'événement Mme Claudine Prudencio empêchée et de Mme Élyse Fatima Kossoko représentant la ministre des affaires sociales et de la Microfinance.

Un métier noble

Pour Mme Véronique Tognifodé Mèwanou, ministres des affaires sociales et de la Microfinance, intervenant à travers un message vidéo, la JNAS est une bonne initiative, en ce sens qu’elle permet de renforcer les liens de solidarité et de fraternité entre les AS, mais aussi de mener de fructueuses réflexions sur des questions sociales.

«Depuis bien des décennies, les services sociaux constituent une réponse juste à des phénomènes sociaux qui fragilisent le vivre ensemble de nos populations et qui compromettent la solidarité collective traditionnelle », a-t-elle ponctué dans son allocution reçue avec beaucoup d'émotions par les assistants sociaux. Pour le pratiquer et assister les personnes dans le besoin, fait savoir Eulaud Baba, deuxième vice-président de l'association, il faut avoir un grand cœur. « Le travail social est un travail noble, très noble, mais très difficile aussi parce que nous travaillons avec les personnes vulnérables qu'elles soient riches ou pauvres, les couches sociales marginalisées et nous travaillons souvent avec très peu de moyens»

jnas-2019-vue-participants Vue des Assistants sociaux à la célébration de la JNAS

Au regard des difficultés liées à l’exercice de ce métier, l’Assistant social « invite les collègues à se donner avec passion, avec courage, en espérant que demain sera meilleur qu’aujourd’hui.» Une communication sur le thème: « Communication non violente dans les organisations, familles, écoles et lieux de travail » a été donnée par Maryse Glèlè Ahanhanzo, Coordonnatrice du réseau ouest africain pour l’édification de la paix (Wanep-Bénin) et a été suivie de débats très animés.

Plaquette anti-grossesses précoces

L’ANAS-Bénin est par essence engagée dans la lutte contre les différents fléaux minant notre société. C'est dans ce cadre qu'elle  a conçu une plaquette pour la gestion des grossesses dans les écoles et les ateliers et centres de formation. Réalisée avec le soutien de la Fondation Espace Afrique, cette plaquette a été officiellement lancée à l'occasion de la JNAS. Ce dépliant brosse les inconvénients de ces grossesses et donne les pistes de gestion à l'endroit des filles, des garçons, des parents et du reste de la communauté. Un accent est mis sur la prévention de ces grossesses.

jnas-plaquette-anti-grossesses-precoces Présentation de la plaquette

Selon Wilfried Lissa, membre du Bureau directeur national de l’ANAS-Bénin, malgré toutes les campagnes de sensibilisation, on ne peut pas parler de 0% de risque. C’est pourquoi sur cette plaquette, les AS ont présenté ce que doivent faire la jeune fille, la famille, la société, etc. en cas de grossesse.

Pour atteindre le plus de personnes que possible, l’ANAS-Bénin a remis un lot de plaquettes à la représentante de la ministre des affaires sociales, Mme Elise Fatima Kossouoh Kossoko, secrétaire générale adjointe du ministère des affaires sociales, qui a promis que toutes les directions techniques seront mobilisées pour une large diffusion de cette plaquette.

Bilan et défis

Depuis son installation en novembre 2018, le Bureau directeur national (BDN) de l’ANAS a mené plusieurs activités. Selon Ariane Adjolohoun, porte-parole et chargée de communication, il s’agit entre autres du Conseil national de l’association qui a rassemblé toutes les structures au niveau départemental de l’organisation pour faire l’état des lieux des problèmes qui minent leur profession, une formation en réintégration familiale de l’enfant, ouverte à tous les travailleurs du domaine social ; la campagne digitale « Je suis assistant social et fier » ; le financement des stages professionnels à l’endroit des assistants sociaux diplômés sans emplois et une levée de fonds pour aider les enfants d’assistants sociaux décédés. À cela s'ajoutent des débats, conférences et éditions de journaux numériques.

valerie-idossou-presidente-anas-benin Valérie Idossou, présidente de l'ANAS-Bénin

Les défis aujourd’hui, fait-elle savoir, c’est de faire connaître la structure et le travail d’assistant social. « Les assistants sociaux ne sont pas là que pour aller distribuer des vivres ou des dons… C’est une vision très réduite du travail d’assistant social. Même ceux qui sont à l’abri du besoin financier, en bonne santé physique et qui ne manquent de rien peuvent être malades sur le plan social et ont besoin d’un assistant social qui, est la personne la plus habilitée à les accompagner ».

L’autre défi majeur selon elle, c’est la professionnalisation du secteur. « On souhaiterait réunir les autorités gouvernementales autour de la profession pour que nous puissions aller vers la création de l’ordre des assistants sociaux et cela permettra une plus grande professionnalisation du corps et donc une meilleure satisfaction des personnes, familles et communautés desservies», a conclu Ariane Adjolohoun.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci