SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Bénin – Mafia foncière : menace sur une décision du régime Talon dans l’Affaire Marcos

Olivier Ribouis
publié le Jan 20, 2020

Un an après la mesure conservatoire du gouvernement ayant mis fin aux expropriations à Womey dans l’affaire de litige domanial dite Marcos, les populations et les membres de l’Association d’Intérêts fonciers et de remembrement urbain (IFRU) de la zone 16 sentent encore des menaces sur leurs propriétés et appelle à davantage de vigilance du Président Talon.

affaire-marcos-litige-domanial Daniel Togbadja, Secrétaire général de AIFRU Z 16

16 janvier 2019. Déjà un an que le gouvernement béninois a estompé les grincements de dents des victimes d’expropriation manu militari à Womey dans l’affaire dite Marcos à Abomey-Calavi. Soulagés par la mesure conservatoire prise en Conseil des ministres, il y a un an, les membres de l’Association d’Intérêts fonciers et de remembrement urbain (IFRU) de la zone 16 à Womey ont organisé dimanche 19 décembre 2020, une manifestation de remerciement au Président Patrice Talon qu’ils appellent leur « sauveur ».

« Mr le Président, nous populations de Womey vous remercions sincèrement une fois encore pour ces mesures conservatoires prises pour nous sauver des griffes de la mafia foncières dont nous sommes victimes depuis des années », a déclaré Daniel Togbadja, Secrétaire général de l’AIFRU Z 16 devant une foule d’habitants venus sur les lieux.

Femmes, jeunes et vieillards, beaucoup ont répondu à l’appel pour adresser un message au Chef de l’Etat. Dame Mireille Agbessi, porte-parole des femmes n’a pu s’empêcher de couler des larmes au moment d’envoyer son message au Président de la République.  « Nous avons beaucoup souffert dans cette affaire. Moi aussi j’ai été arrêté dans ce dossier. Nos maris ont souffert », a-t-elle témoigné, formulant des vœux à Patrice Talon et ses ministres, les yeux larmoyants.

Menace de violation de la mesure conservatoire

daniel-togbadja-affaire-marcos-womey Talon appelé au secours

En dépit de la décision du gouvernement, les habitants de Womey remarquent des velléités de remise en cause de la mesure conservatoire. Selon le SG de l’AIFRU Z 16, « depuis le 13 mars 2019, des menaces, des convocations n’ont jamais cessé à l’endroits des défenseurs des droits fonciers jusqu’à ce jour ».

A en croire l’organisation qui se bat pour la défense des droits fonciers des habitants de Womey, « certaines autorités se servent de leur titre, de leur rang social et tentent de remonter le dossier d’une façon ». Ils soupçonnent ces hauts perchés de « manipuler l’ANDF ». L’Agence nationale du domaine et du foncier, accusent-ils, joue un jeu flou. « Comment comprendre que l’ANDF va demander à la mairie le plan du domaine Marcos dans le secteur 16 alors que le géomètre lui aurait déjà dit qu’aucun domaine de la famille Marcos n’est ni dans le plan, ni dans le répertoire du secteur 16 », se demande l’AIFRU 16 dans sa déclaration lue par le SG Togbadja.  Aussi signale-t-il « L’ANDF après son travail de délimitation ou de polygonation a bien circonscrit le domaine Marcos dans le secteur 17 » qui s’élèverait à un peu plus de 12 ha alors que la famille Marcos revendiquerait 191 ha 70 ares 15 ca.

Du côté des jeunes de Womey qui ont aussi donné de la voix, Rodrigue Medekpon, leur représentant trouve que « l’heure est grave ».  Même cri d’alerte chez Adrien Malé, le Chef du quartier. « Les bruits de couloirs qui nous parviennent ces jours-ci ne sont pas rassurants », a déclaré l’élu local qui fait aussi état de « menaces à peine voilées d’une reprise des casses ».

Face à la persistance des menaces sur leurs propriétés, les habitants de Womey s’en remettent encore au Chef de l’Etat.  « Quand on tue un serpent, on doit lui couper la tête », appelle  Daniel Togbadja en référentiel à un adage fon pour demander au Président Talon d’œuvrer à l’aboutissement heureux de cette affaire au profit des habitants qui croient fortement à la noblesse de ses actes.  « Notre manifestation de ce jour est un témoignage d’espoir à la protection des pauvres populations », a confié le chef du Quartier Womey-Centre qui apprend que « 3000 ménages » sont touchés par cette affaire.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci