SECURITE HUMAINE 1 Commentaire

Frontière Bénin – Burkina : ce que les djihadistes font dans le parc W

Olivier Ribouis
publié le Jan 25, 2020

Selon des informations confirmées par une source sécuritaire contactée par Banouto, des djihadistes opèrent dans la partie burkinabè du parc W en partage avec le Bénin et le Niger.

parc-w-burkina-djihadistes Image du parc W (Ph: Wikipédia)

Présence djihadiste dans le parc W. Dans un article publié par La lettre du continent dans son dernier numéro, le journal a évoqué la présence de djihadistes dans la réserve de biosphère transfrontalière de près de  un million d’hectares que le Bénin, le Burkina Faso et le Niger ont en partage en Afrique de l’Ouest.

Selon le magazine, depuis des semaines, « l’aire burkinabè  du parc serait sous le contrôle de djihadistes qui en auraient fait une base arrière ».  Cette présence est confirmée par une source sécuritaire béninoise.  Selon notre source qui dément l’existence  d’une note du renseignement béninois  comme indiqué par La lettre du continent, il y a effectivement des djihadistes, mais ils ne sont pas permanents.  « Les djihadistes sont du côté burkinabé du parc W. Mais, leur présence n’est pas permanente », apprend la source sécuritaire.   « Ils viennent chercher de la nourriture. Ils s’en prennent aussi aux paisibles populations  et font du braconnage », ajoute notre source.  

Le Bénin se protège

Cette nouvelle de présence djihadiste  à l’entrée du Bénin est redoutable. Un fleuve sépare la partie béninoise et la partie burkinabè. En période de sécheresse, avec la baisse du niveau de l’eau, des piétons peuvent passer d’un côté à l’autre. On se souvient qu’en mai 2019, deux Français ont été enlevés dans le parc de la Pendjari au nord-Bénin.

Avec cette présence indésirable, nous informent les services de sécurité, le Bénin a pris des mesures.  Régulièrement, apprend-on, les forces de défense et de sécurité sont déployées pour assurer la veille du côté béninois. « Des dispositions ont été prises », rassure-t-on. Toujours est-il qu’en dépit des dispositions sécuritaires prises, les forces de sécurités béninoises s’attendent à une pénétration djihadiste sur la partie béninoise. « Ils procèdent par surprise », souligne notre source sécuritaire.


  • Hinnoidoté
    il y a 27 jours

    Que de l'alrmisme! Pourquoi traumatiser les populations ?