SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Coronavirus au Bénin: suspension des ''activités à risques'' à la Bourse du travail

Yao Hervé Kingbêwé
publié le Mar 23, 2020

Dans une déclaration lundi 23 mars, les centrales et confédérations syndicales ont invité le gouvernement à ordonner l’anticipation des congés de pâques. Par la même occasion, elles ont annoncé la suspension des activités à risques à la Bourse du travail.

Les centrales et confédérations syndicales du Bénin sont préoccupées par la pandémie du coronavirus et les risques qui pèsent sur l’école béninoise. A travers une déclaration lundi 23 mars, elles ont invité le gouvernement à ordonner la mise en congé anticipé de pâques des acteurs de l’école. Cela, « afin les mesures appropriées soient prises au niveau de ces institutions scolaires et universitaires pour que le mal soit circonscrit ».

Car, ont-elles justifié, les dispositifs de lavage des mains dans la plupart des écoles, lycées, collèges et universités du Bénin sont indisponibles. Les centrales et confédérations syndicales du Bénin avancent également comme raison l’impossibilité de respecter cette distance d’un mètre entre écoliers, élèves et étudiants. Ceci, alors que les lieux de l’acquisition du savoir constituent des « lieux à haut risque à cause des effectifs pléthoriques dont ils regorgent ».  

La mise en congé anticipé des acteurs de l’école devrait provoquer un réaménagement du calendrier scolaire. Dans leur déclaration, les centrales et confédérations syndicales s’engagent à «consentir les sacrifices nécessaires qu’induirait le réaménagement du calendrier scolaire». Elles lancent un appel aux parents d’élèves afin qu’ils prennent également leur responsabilité dans l’encadrement et la surveillance des enfants.

Des propositions pour freiner le coronavirus

Dans leur déclaration, les centrales et confédérations syndicales ne se sont pas penchées que sur les dangers du coronavirus dans le système éducatif. La situation dans les marchés inquiète également la CSA-Bénin, la COSI-Bénin, l’UNSTB, la CGTB, la CSPIB et la CSUB. Raison pour laquelle, elles ont proposé au gouvernement de « prendre des mesures visant à limiter et à sécuriser l’animation des marchés ».

Pour renforcer les mesures préventives contre le Covid-19, les secrétaires généraux ont fait plusieurs autres propositions. Ils invitent les autorités à renforcer les capacités des agents en première ligne du combat et les doter du matériel nécessaire.

Les responsables syndicaux appellent également le gouvernement à appuyer l’ensemble des structures publiques et privées par la mise en place des dispositifs de lavage des mains et l’utilisation du gel hydro alcoolique. Ils demandent au pouvoir de prendre les dispositions nécessaires pour contrôler les prix de vente des articles ou produits nécessaires à la prévention contre le COVID 19 en vue de mettre fin à la spéculation et la surenchère.

Appel aux collectivités et à la population

Les centrales et confédérations syndicales, dans leur déclaration, interpellent les collectivités locales aux fins de jouer leur partition dans la lutte contre la propagation du virus. Elles ont également invité la population au « respect strict des mesures de prévention préconisées par les autorités sanitaires ». Réaffirmant leur disponibilité à contribuer à la sensibilisation des travailleurs pour empêcher la propagation du virus, elles se disent ouvertes au dialogue avec les autorités à tout échange allant dans le sens de la prise des mesures en vue de la protection des travailleurs et du peuple béninois.

 


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci