SECURITE HUMAINE 0 Commentaire

Malanville : ce qu'il faut savoir des affrontements entre peulhs et agriculteurs à Goungoun

Ozias Hounguè
publié le Jun 4, 2020

De nouvelles violences entre agriculteurs et éleveurs ont été signalées mercredi 03 juin 2020 à Goungoun dans l’arrondissement de Guéné commune de Malanville, région située au nord Bénin. Les affrontements de la semaine dernière avaient fait plusieurs morts dans ce village.

boeufs Des bœufs

Reprise des hostilités entre agriculteurs et éleveurs à Goungoun. Selon des informations rapportées par Dialogue Alibori FM, des actes de violences ont repris entre agriculteurs et éleveurs peulhs à Goungoun. Lors de ces actes de violences dans la nuit du mardi 2 au mercredi 3 juin 2020, les agriculteurs ont incendié les habitations appartenant à la communauté peulh de Goungoun.

Dialogue FM Alibori rapporte que c’est une fausse information faisant état de l’assassinat du délégué du village de Goungoun dans la nuit du mardi 02 juin 2020 qui serait à l’origine des nouvelles violences.  Au niveau du marché de bétail du village de Goungoun, les éleveurs peulhs qui étaient sur les lieux ont pris la clé des champs pour éviter les représailles, rapporte le même media. 

Des affrontements entre agriculteurs et éleveurs peulhs dimanche 31 mai 2020 avaient fait 4 morts dans le village de Goungoun, une localité située au sud de l’arrondissement de Guéné à Malanville.  Après ces affrontements meurtriers, apprend une source à Banouto, les violences se sont étendues à d’autres villages.

« Le 3 juin, la population de Goungoun s’est de nouveau rassemblée pour attaquer les camps peulhs afin de venger la mort d’un taximan lors des premiers affrontements », poursuit la source. Au total, précise-telle, on déplore 8 morts dans ces affrontements.

« Des éléments des forces armées étaient avant 17 heures (mercredi 3 juin, ndlr) à Malanville pour un retour au calme », apprend la même source qui indique que le « calme est revenu » depuis la soirée du mercredi. Toutefois, souligne-t-elle, une alerte et une demande de protection pour cette communauté a été lancée.

Aucun bilan officiel sur le nombre de victimes lors de ces nouvelles violences n’est encore disponible pour le moment. Mais un point de presse du directeur départemental de la police républicaine de l’Alibori est prévu sur la situation à Goungoun selon une source de Banouto.


Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci