Bénin : les journalistes aguerris par CFI Médias pour défricher le champ de l’investigation

Falilatou Titi
publié le 11 novembre 2017

L’atelier de formation sur les fondamentaux du journalisme d’investigation, organisé par CFI Médias, en partenariat avec Social Watch Bénin, a pris fin ce samedi 11 novembre. Commencée depuis le 30 octobre, les journalistes béninois, ayant pris part à cette formation, se disent satisfaits  des enseignements reçus et désormais aptes à faire de l’investigation leur champ de bataille.  

journalistes-formes-cfi-mediaLes journalistes formés posant avec l'expert envoyé par CFI, Eric le Braz

Ils sont désormais outillés et prêts à chercher, fouiner et animer des médias pour une citoyenneté active. Après deux semaines de formation sur les fondamentaux du journalisme d’investigation, c’est sur une note de satisfaction et d’engagement que les professionnels des médias et leur formateur Eric Le Braz, l’expert CFI dépêché pour la circonstance, se quittent. L’atelier a consisté d’abord à enseigner aux journalistes, les principes de bases de l’investigation puis à descendre sur le terrain pour la collecte des informations. Des journalistes des médias audiovisuels à ceux de la presse écrite, en passant par ceux de la presse en ligne, les impressions sont bonnes et unanimes. « C’était une bonne opportunité pour nous, parce que nous sommes dans un milieu où l’investigation est une denrée très rare dans nos quotidiens. Il n’y a que des comptes rendus et des reportages. L’investigation ne vient qu’une fois en passant, par mois, voire par an. C’est donc une occasion pour nous de renforcer nos capacités, d’être beaucoup plus productifs en matière d’enquête, de pouvoir nous donner vraiment du temps pour faire de bonnes investigations à partir des faits que nous observons dans la société, afin que cela participe également à la bonne gouvernance », affirme Fulbert Adjimèhossou, journalise au quotidien béninois Fraternité. Pour  Teslanik Houndégnon, journaliste à Radio Tokpa, c’était aussi une aubaine pour approfondir ses connaissances en journalisme d’investigation. « Je suis une plus grande journaliste aujourd’hui, parce que je pense que j’ai désormais les B-A BA de l’investigation. C’est un pan de notre métier qui ne m’était pas étranger, mais aujourd’hui, j’ai appris beaucoup plus. Deux semaines de formation avec CFI Médias, sur le journalisme d’investigation, je crois que ça n’a pas été du temps perdu. On ressort tous d’ici un peu plus meilleurs qu’avant la formation, parce que désormais nous savons comment agir ou interagir avec les personnes ressources pour de bons résultats dans nos diverses investigations.»

Quelque chose de nouveau

S’inscrivant dans la logique de son confrère du quotidien Fraternité,  Djobo Bio, journaliste à la radio ‘’Nonsina’’ de Bèmbèrèkè pense qu’il est temps qu’on mette fin aux comptes rendus de réunions et les couvertures d’atelier. Cette formation lui permettra alors d’exercer « le vrai journalisme », dit-il. « Je crois que nous avons acquis de bonnes choses en matière d’investigation, durant deux semaines ici à Cotonou. Cela va me permettre à partir de maintenant de travailler pour faire le vrai journalisme. Grâce à cette formation, je vais désormais de chercher à savoir ce qui se passe réellement dans les affaires publics et dans les affaires qu’on peut traiter de scandales dans notre société.» Serge Fanou, Rédacteur en chef de la radio rurale locale de Banikoara, en dehors de ce que les autres journalistes ont évoqué, dit avoir retenu deux éléments très importants pendant ladite formation. « Il s’agit d’abord de la méthode qu’on peut désormais utiliser pour faire nos investigations, parce que le formateur nous a dit que lorsqu’on va sur le terrain, même si la source refuse de nous parler au micro, on a cette possibilité de retranscrire exactement ce qu’ils ont dit et faire une mise en scène avec un autre collègue. Ensuite j’ai aussi appris comment introduire une lettre de demande si je dois avoir une interview dans les normes. L’autre chose que j’ai retenu et que je tiens à exploiter dans ma rédaction, c’est la technique de l’escargot. »

Du flair

Après deux semaines passées aux côtés des journalises béninois, à leur enseigner les principes du journalisme d’investigation, le journaliste-formateur envoyé par CFI, Eric Le Braz, n’est pas moins satisfait que les participants eux-mêmes. « En quinze jours, plus spécifiquement en une semaine puisque la première semaine on a travaillé la théorie avec un peu de pratique. A la fin de la première semaine, il y avait des hypothèses qui avaient été formulées et des pistes d’enquête. Pour la plupart, elles ont été vraiment affinées et perfectionnées pendant une semaine de terrain ».  Des sujets qu’on pouvait trouver banales au départ, une fois sur le terrain, le constat est qu’il y avait vraiment quelque chose à chercher. C’est ce que confirme Eric Le Braz : «  Au début, moi j’étais un peu sceptique sur un certain nombre de sujets et en fait il y avait vraiment quelque chose à creuser et à trouver. Et on s’est rendu compte en allant sur le terrain qu’on trouvait des pistes supplémentaires et que certains sujets d’investigations étaient beaucoup plus importants que ce qu’ils laissaient paraitre. Il y avait notamment des sujets d’investigation très locaux, limités à une commune mais après, on se rend compte que parfois il y avait un lièvre derrière ce sujet qui était national. J’en déduis donc que les journalistes qui sont ici ont du flair.»

 

Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci