33ème réunion du Rcpa : Le Bénin expose ses efforts pour combattre la faim

Olivier Ribouis
publié le 5 décembre 2017

A l’occasion de l’ouverture de la 33ème réunion annuelle du Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA)  organisée conjointement avec  l’édition 2017 de la Semaine du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest  à Cotonou du 04 au 08 décembre, les autorités du Bénin ont présenté les efforts faits pour combattre la faim dans leur pays.

reunion-rcpa-cotonou Ouverture de la 33ème réunion du Réseau de prévention des crises alimentaires à Cotonou

Le Bénin dans la dynamique de l’élimination de la  faim. Pays hôte de la 33ème réunion annuelle du Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA) qui se tient conjointement avec la 5ème édition de la Semaine du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest  à Cotonou, le Bénin faits d’’importants efforts pour arriver à bout de la faim selon les autorités béninoises.  « La problématique de l’éradication de la faim et de la malnutrition, et l’amélioration du bien-être des populations ont une  place de choix dans le Programme d’actions du gouvernement du Bénin » a déclaré le ministre béninois de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche  Gaston Dossouhoui à l’ouverture de cette grande rencontre sous régionale qui a mobilisé chercheurs, décideurs politiques, représentants d’organisation paysanne et autres acteurs pour évoquer la situation et les perspectives de la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la région.  Ce que confirme, Abdoulaye Bio Tchane, le ministre d’Etat chargé du plan et du développement,  qui a fait savoir que le Bénin est dans les continentaux  de renforcement de la résilience à l’insécurité alimentaire. « Notre gouvernement en restant dans le chemin tracé par ces cadres continentaux et régionaux, s’est engagé, à travers son programme d’action, dans des reformes de transformation structurelle de l’économie du pays ».  L’objectif a-t-il dit, est d’« améliorer les conditions de vie des populations et renforcer de l’Etat de droit ». Cette dynamique a commencé  bien avant l’avènement du régime du président Patrice Talon. «  Selon les résultats  de l’évaluation conjointe FAO-FIDA-PAM sur l’état de l’insécurité alimentaire dans le monde, le Bénin a fait des progrès considérables entre 1990 et 2014 avec la part de la sous-alimentation dans la population totale qui est passée de 28% en 1992 à 7,5% entre 2014-2015 » a fait  savoir Gaston Dossouhoui. Pour maintenir cette dynamique des initiatives sont prises.  Il y a l’élaboration de la deuxième génération du Programme national d’investissement agricole, de sécurité alimentaire  et nutritionnelle (PNiA-SAN) arrimé  au Plan stratégique de développement du secteur agricole (PSDSA 2017-2025) dont l’objectif général selon le ministre Dossouhoui  est d’«améliorer les performances de l’Agriculture béninoise pour la rendre capable d’assurer de façon  durable la souveraineté alimentaire et nutritionnelle, et de de contribuer au développement économique et social ».

Lire aussi: Sécurité alimentaire : l’enjeu de la semaine du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest à Cotonou

Du chemin à faire

Tout en exposant les efforts faits, les autorités béninoises restent conscientes du travail à faire pour aboutir à l’élimination effective de la faim dans le pays. Malgré  ces performances, le Bénin reste classé parmi les nations du monde où le niveau de prévalence de la faim est encore préoccupant » a reconnu le ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche. « 30 des 77 communes  du Bénin sont en phase d’insécurité alimentaire critique » selon l’étude CRAD 2013 citée par le ministre béninois. « Nous savons que les changements climatiques, les conflits et insécurités précarisent davantage la situation des plus vulnérables de notre société et aggravent les contraintes en lien avec la sécurité alimentaire et nutritionnelle » a renchéri le numéro 2 du gouvernement, le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchane selon qui le Bénin s’engage sur le plan national, régional et international en faveur des politiques et mesures d’adaptation aux changements climatiques ainsi que de renforcement de la sécurité et de prévention des conflits.

 

Vous pouvez désormais commenter les articles en tout anonymat. toutefois tout commentaire deplacé sera simplement retiré. merci