VIE-STARS

Sidiki Diabaté : Oumou Sangaré réagit aux violences faites sur Mariam Sow

( words)

La vedette malienne Oumou Sangaré a réagi sur les délits de coups et blessures aggravés, séquestration et atteinte à la pudeur dont fait l’objet son compatriote Sidiki Diabaté. Elle dénonce toutes sortes de violences faites aux femmes.

oumou-sangare

Oumou Sangare

 

L’affaire Sidiki Diabaté suscite des réactions dans le rang des artistes maliens. Dans un texte publié sur sa page Facebook, la vedette Oumou Sangaré dénonce toutes violences faites aux femmes. « Les violences  faites aux femmes n’ont pas leur place chez nous et je ne cautionnerai en aucun cas de tels actes peu importe qui les commet », a déclaré la chanteuse qui donne sa position sur les accusations de violences exercées par Sidiki Diabaté sur son ex-compagne Mariam Sow.

Elle apporte son soutien à la victime et s’excuse auprès d’elle contre les agissements dont elle a fait objet. « Aucune femme ne doit être rabaissée de la sorte et aucune femme ne doit subir ça », s'est-elle indignée. La chanteuse exprime son sentiment vis-à-vis de cette affaire qui fait jaser la toile en fustigeant le mauvais comportement du jeune artiste sur Mamacita.

« Sidiki est un fils pour moi, quand il fait bien je le félicite mais je n’accepterai pas qu’il ait un mauvais comportement envers qui que ce soit. Le pouvoir et la notoriété n’excuse rien mais je suis obligée en tant que mère de demander pardon pour lui tout en condamnant ce qui a été fait », a indiqué la doyenne de la Star de 28 ans.

LIRE AUSSI: Sidiki Diabaté : sa mère arrêtée pour complicité de violences conjugales

Sidiki Diabaté a été déposé en prison jeudi 24 septembre 2020 pour délits de coups et blessures aggravés, séquestration et atteinte à la pudeur sur son ancienne compagne Mariam Sow alias Mamacita. 

Selon les informations, la mère du jeune artiste a égalemnt été arrêtée vendredi 25 septembre 2020 pour complicité de violences conjugales et atteinte à la pudeur. Elle est accusée par son ancienne belle-fille de complicité de plusieurs avortements forcés. Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook, la victime a déclaré avoir subi plusieurs « avortements sans consentement ».

Banouto Digital

Vous aimez une presse libre et de qualité. Alors offrez-vous un accès illimité à Banouto Digital en souscrivant à un des abonnements moins chers.
1500 F CFA/mois ou 15.000 F CFA/An.

Abonnez-vous

A lire aussi ...